Ce comité, désormais présidé par Hélène Geoffroy, a pour but de formuler des propositions pour favoriser l'autonomie et le soutien des conseils citoyens. Des pistes de travail concrètes ont été dessinées dès cette première séance.

Le Comité national de suivi des conseils citoyens s'est réuni mardi 17 septembre, dans une forme renouvelée. Il s'agissait de l'un des 10 engagements du Ministre de la ville en faveur des conseils citoyens, présentés au mois de juin dernier (cliquez ici pour plus d'infos), et qui a fait l’objet d’une instruction aux Préfets fin juillet.

Ce comité national de suivi est installé au sein du CNV (Comité national des villes), comme cela était précédemment le cas, mais il est désormais présidé par Hélène Geoffroy, Maire de Vaulx-en-Velin et précédemment Secrétaire d’État chargée de la politique de la ville, ayant soutenu initialement la création des conseils citoyens (lire notre interview d'Hélène Geoffroy en 2017). Le comité de suivi est composé de conseillers citoyens membres du CNV et de représentants des associations et des institutions qui soutiennent les conseils (régies de quartier, centres sociaux, coordination Pas Sans Nous, centres de ressource de la politique de la ville, délégués du Préfet, chefs de projets politiques de la ville, élus locaux). Il a pour but de formuler des recommandations relatives au fonctionnement et au soutien des conseils.

Cette première séance avait pour but de définir la "feuille de route" du Comité, qui a prévu de se réunir à nouveau dès décembre. En ouverture, Hélène Geoffroy a dégagé deux enjeux à ce nouveau cycle de travail: d'une part, trouver les moyens de conforter l'autonomie et la reconnaissance des conseils citoyens localement, afin qu'ils soient "toujours plus associés" aux décisions; d'autre part, produire des préconisations en matière de soutien aux conseils (formation, financement, moyens techniques, etc.).

Concrètement, le comité a décidé de produire dès octobre un texte de recommandations adressé aux conseillers citoyens concernant l'attitude à tenir pendant la période précédant les élections municipales et la "réserve" qu'il serait bon d'adopter dans ce contexte. Très rapidement ensuite, le comité a prévu de travailler sur un statut juridique spécifique pour les conseils citoyens (permettant notamment de toucher des fonds), de nouvelles modalités pour la reconnaissance de l'engagement des conseillers et, plus globalement, une stratégie nationale de soutien.

Le travail est donc désormais engagé, avec une conviction commune, dans un contexte politique local que les élections municipales peuvent tendres, où la défiance vis-à-vis des pouvoirs publics reste importante : que les conseils citoyens puissent "servir d'exemple" en matière de démocratie participative, bien au-delà des quartiers prioritaires.

FacebookPartager TwitterTwitter LinkedInPublier