A l'heure du bilan du grand débat national, nous avons souhaité donner la parole à 4 conseils citoyens qui se sont impliqués dans l'organisation de débats locaux. Pourquoi se sont-ils lancés dans cette aventure? Comment s'y sont-ils pris? Quel bilan en tirent-ils?

Conseil citoyen Bellefontaine à Toulouse - témoignage de Mohamed Azzoug

Au départ, le débat a été organisé à la demande des habitant.e.s. Notre conseil citoyen avait pris sa décision avant même de recevoir le courrier du ministre Julien Denormandie. Les habitant.e.s nous ont encouragés à le faire, les associations de quartier également donc on s’est dit qu’effectivement, le conseil citoyen était légitime à organiser un débat. Le courrier du ministre nous a juste confortés dans l’envie de faire. On y a donc mis les moyens, nous avons notamment engagé un prestataire pour faire des photos et une jolie vidéo de synthèse !

L’organisation s’est faite avec l’association Extra Cités,  une des 3 structures mandatées par la ville de Toulouse pour animer les conseils citoyens. Ils nous ont aidés sur la logistique, la communication et l’animation de l’évènement. 32 personnes sont venues, de tous les âges ! Quelques élus comme le maire et le vice-président du conseil départemental étaient également présents. Les 4 thèmes du Grand Débat ont été discutés en petits ateliers. Et comme on ne voulait pas trop brider l’expression des gens, on a proposé aussi un mur d’expression libre ! Sur le fond, beaucoup de choses sont ressorties en matière d’écologie. Il y a une envie de remettre de l’humain, de la nature dans le quartier. Ce qui est assez étonnant car il y a beaucoup de problèmes de sécurité à résoudre sur le quartier ! Toutes les propositions recueillies ont été transmises sur la plateforme gouvernementale du Grand Débat.

Suite à cet événement, le conseil citoyen va proposer de faire des réunions plénières sur une thématique définie afin de creuser plus particulièrement un sujet. Ça a été une source d’inspiration pour nous !

La vidéo du débat:

Conseil citoyen de Noeux les mines - témoignage d’Annabelle Mielczarek, présidente de l’ association Terre Noeve

Nous avons quelque peu hésité à organiser un débat, on s’est dit qu’il y avait des risques que ça ne serve à rien et que ça dégénère. Mais finalement, après réflexion, on a décidé de le faire car au moins, on aura donné notre avis.

Une trentaine de personnes était présente, une moitié d’habitant.e.s et une moitié d’élu.e.s. Et 2 gilets jaunes ! Ça s’est très bien passé, dans le calme. Je me suis occupée de l’animation avec un autre membre du conseil citoyen. Le seul regret que j’ai c’est que j’avais fait la demande lors de l’inscription sur la plateforme gouvernementale pour avoir des rapporteurs mais je n’en ai pas eu. Nous avons repris les quatre thèmes proposés par le gouvernement, en commençant à chaque fois par la question qui nous semblait la plus propice à l’ouverture des débats. Certaines idées ont fait l’objet d’échanges et d’autres ont fait l’objet d’un vote à main levée. On a trouvé le questionnaire très orienté donc nous avons ajouté une thématique sur le pouvoir d’achat. Nous avons vraiment centré le débat sur les orientations nationales. Sur le fond, ce qui est beaucoup ressorti c’est le retour de l’ISF, la prise en compte du vote blanc, l’inégibilité des élu.e.s ayant été condamné.e.s…

Le bilan est très satisfaisant : tout le monde a bien joué le jeu et il y a eu des bons retours sur l’organisation. Cet évènement a également permis de donner une meilleure image au conseil citoyen – il y avait d’ailleurs un journaliste de la Voix du Nord sur place. On a gagné une bénévole en plus ! ça nous a aussi donné envie d’organiser d’autres débats, mais cette fois avec des problématiques plus locales. 

Conseil citoyen de Besançon / Planoise - Témoignage de Monique Choux

Tout est né d'une réunion plénière du conseil citoyen, à laquelle nous avions invité le Préfet. Il nous a dit : « Ce serait bien que vous organisiez le grand débat sur votre quartier ». Nous nous sentons parfaitement autonomes et si nous avions décidé de ne pas le faire, nous le l'aurions pas fait. En l’occurrence, nous étions tous d'accord pour le faire, mais comment ? Deux associations présentes sur le quartier (PARI et la Ligue de l'enseignement) ont souhaité organiser ce débat avec nous. Notre réflexion fut la suivante : il y a 16 000 habitants sur le quartier, donc nous avons opté pour un débat « en continu » de 10h à 16h, avec des tables par thème (les 4 thèmes du grand débat national + un table « notre quartier »), chacun étant libre de faire le tour de toutes les tables, ou pas.

Nous avons reçu 45 personnes en tout, plutôt des militants, ce qui est un peu décevant, mais nous avons appris beaucoup de choses. En premier lieu, une personne issue de l'immigration nous a dit que ce type de rencontre pouvait mettre en difficulté les personnes dans le même cas qu'elle, qui ne se sentent pas forcément légitime ou « à la hauteur » pour s'exprimer. De fait, si nous voulons faire venir plus de gens, il faut organiser des événements plus festifs, au sein desquels les débats peuvent avoir lieu. C'est une bonne leçon pour la suite !

Sur le fond, en ce qui concerne les 4 thématiques nationales, de nombreuses choses ont été dites, sur les taxes, l'accroissement de la pauvreté, le besoin d'aller plus loin sur l'écologie, etc. Pour ce qui concerne notre quartier, cela a permis de confirmer des diagnostics que nous faisions déjà, en matière de sécurité, de propreté, le coût des logements, le manque de commerces de proximité, etc. Nous allons d'ailleurs nous saisir de plusieurs de ces sujets prochainement : nous prévoyons une semaine de la propreté début juin, en impliquant toutes les écoles du quartier, et nous travaillons sur la création d'un marché à Planoise. Enfin, nous avons profité du débat pour faire un conférence de presse, car nous avons a cœur de faire changer l'image du quartier. Bref, on peut dire que ce débat a « boosté » le conseil citoyen.

Conseil citoyen de Toulon / Centre - témoignage d'Aurélie Lecomte

Avant même l'organisation du Grand débat national, notre conseil citoyen envisageait une grande réunion publique pour se présenter, écouter les habitants, mobiliser de nouveaux membres, etc. Donc, on s'est dit : « Banco, on y va ! », tout en étant totalement indépendants des pouvoirs publics. Nous avons demandé une salle à la Mairie et fait passer l'info via Facebook et une conférence de presse. Nous avons opté pour un débat en soirée, en nous concentrant sur deux des thématiques proposées : la citoyenneté et l'environnement. Concernant la méthode d'animation du débat, nous avons été aidés bénévolement en amont par un enseignant spécialiste de l'intelligence collective : nous avons démarré par un « brainstorming » individuel sur des post-it, qui, une fois triés et regroupés, permettait de faire émerger les principaux sujets, qui ont ensuite été travaillés par petites tables (dont une table « enfants »!) en mode recherche de solution.

La bilan est très positif : tout le monde était ravi de l'organisation et nous avons été parfois étonnés des propositions qui sont ressorties. Il y a en effet une forte demande de lieux associatifs sur le quartier, ainsi que des espaces verts, des jeux pour enfants, etc. Une « ville apaisée » en somme.

Pour le conseil citoyen, c'est une excellente opération pour se faire connaître et avancer sur nos travaux. Nous considérons que ce débat nous a fait gagner beaucoup de temps dans nos réflexions, sans compter qu'il nous a apporté de nouveaux membres. Un seul regret : aucun élu n'était présent, mais c'est peut-être un mal pour un bien, car cela aurait peut-être empêché les gens de s'exprimer librement. 

L'album-photo du débat sur la page Facebook du conseil

La page Facebook du conseil

FacebookPartager TwitterTwitter LinkedInPublier