En décembre 2016, les membres du conseil citoyen d’Outreau, commune du Pas-de-Calais, se sont rendus dans 3 villes de Seine Saint Denis afin d’ « aller voir ce qui se fait ailleurs », en termes de projet de rénovation urbaine d’une part mais aussi pour vivre des moments de partage.

Par Anouk Cohen (anouk.cohen@centres-sociaux.fr)

Stéphanie Lhérondelle est médiatrice scolaire au centre social Jacques Brel. Marlène Ducloy a 41 ans, sans emploi. Elles ont toutes deux été à la rencontre de leurs confrères et consœurs dans le département de Seine Saint Denis, en région parisienne, accompagnées des membres du conseil citoyen d’Outreau et de Christophe Ringot, leur animateur aussi directeur du centre social et chef de projet politique de la ville.

« Le conseil citoyen demandait à aller voir ailleurs depuis le début. Et quand le conseil citoyen s’est créé en 2015, le sous-préfet nous a dit qu’il restait du budget qu’on pouvait utiliser. Comme on était en plein dans le PRU (Plan de Rénovation Urbaine), il nous a soufflé l’idée d’aller en région parisienne où il y avait eu des projets de ce type, » explique Christophe Ringot.

Les conseillers citoyens d’Outreau ont validé cette proposition à l’unanimité. L’objectif : « que les habitants de la Tour du Renard puissent découvrir, rencontrer et comprendre ce qui se passe quand un quartier tout entier se transforme, » écrivent les conseillers citoyens d’Outreau dans le compte rendu du séjour.

Puis le conseil citoyen a pris les contacts, les réservations, organisé les visites … avant de débuter son périple par la ville de Bondy. « A Bondy, il y a eu un gros travail de rénovation, nous avons découvert de belles structures. Nous avons visité un quartier où un centre socioculturel avait été créé, ce qui était intéressant pour Outreau. On a vu ce qu’il ne fallait pas faire aussi: le centre comportait des étages ce qui n’est pas idéal pour des personnes à mobilité réduite par exemple, expliquent Marlène et Stéphanie. Ce que nous avons retenu de cette première journée, c'est que nous ne devons pas parler de démolition, mais d'abord de projet, car rien ne sert de démolir si ce n'est pour construire un projet qui permettra aux habitants de mieux vivre, ENSEMBLE, avec de nouvelles perspectives. »

Pour le deuxième jour, direction Argenteuil où le conseil citoyen a été accueilli par l’association des Travailleurs Maghrébins de France dont plusieurs membres sont au conseil citoyen de la ville. « C’était très enrichissant car ils nous ont raconté comment les habitants ont réussi à sauver une tour de la démolition, en se mobilisant ! ils voulaient la conserver car certains tenaient à leur vue sur la Tour Eiffel ! Dans le nouveau quartier, nous avons trouvé que les habitations étaient trop collées les unes aux autres ce qui nous a fait nous dire que finalement, le logement collectif ce n’était pas si mal ! »

Pour la fin du séjour, les conseillers outrelois sont allés à l’île Saint Denis. Accueillis par deux architectes, qui étaient au cœur du PRU et qui ont décidé de s’impliquer dans le conseil citoyen, ils ont visité un éco quartier qui a fait sensation : « Nous étions dans des quartiers très sensibles et il y a eu un très bel effort architectural : des vérandas, un square sécurisé pour les enfants, de la verdure…tout est fait pour se sentir bien et ça favorise le vivre ensemble. Ça donne envie de sortir, faire des jardins partagés avec ses voisins…  » s’enthousiasment Stéphanie et Marlène.

« Nous avons vraiment apprécié de pouvoir découvrir trois projets, trois façons différentes de gérer, trois façons d'impliquer les habitants. Chaque projet est intéressant, mais surtout dans chaque projet, ce que nous retenons, c'est qu'il est très important d'écouter les "usagers", c'est-à-dire les habitants en premier. »

FAIRE CHANGER LES REGARDS

Si le conseil citoyen a choisi de se rendre dans le 93 ça n’est pas complètement par hasard : « on voulait travailler sur les représentations de la ville car avec la Seine Saint Denis, on souffre du même problème d’image. Outreau a une réputation pitoyable, elle est connue seulement pour son affaire pénale de pédophilie. Une fois, un journaliste est venu et en descendant du bus a déclaré ‘ça y est, on entre dans la cité des pédophiles’, » explique l’animateur du conseil citoyen.

Faire changer les regards sur Outreau est un de leurs défis, qu’ils ont commencé à relever en organisant, à la suite du séjour, une rétrospective à la Maison des Projets. L’exposition a été vue par le sous-préfet à la ville, le directeur du CGET et même Patrick Kanner, alors Ministre de la Ville, de la jeunesse et des sports ! Le conseil citoyen a aussi réalisé une fresque dans leur quartier, avec l’artiste local BALOUZ. Ce projet a reçu une certaine couverture médiatique ce qui a permis de « faire parler du quartier en bien à la presse, » raconte Marlène. Une première petite victoire.

D’où l’importance du conseil citoyen, particulièrement dans une commune comme Outreau. « Moi j’ai vécu toute ma vie à Outreau et je n’avais jamais eu mon mot à dire. Maintenant, j’ai un droit de regard et un droit de parole, » confie Marlène. « C’est valorisant, on nous regarde d’une autre façon, » renchérit Stéphanie. « Les mentalités sont en train d’évoluer, complète Christophe. Maintenant dans les réunions avec la ville par exemple, ça commence à être intégré que le conseil citoyen a sa place comme relais entre les élus et les habitants. Et ça c’est top ! »

 

FacebookPartager TwitterTwitter LinkedInPublier