Le conseil citoyen de Saint-Pierre-des-Corps a lancé une émission de radio l’an dernier afin de donner la parole aux habitant.e.s du quartier et de valoriser leurs actions. Rencontre avec Elisabeth Maugars, conseillère citoyenne investie dans Radio Rabaterie.

Par Anouk Cohen (anouk.cohen@centres-sociaux.fr)

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur le conseil citoyen de Saint Pierre des Corps ?

Le conseil citoyen de la Rabaterie a été créé officiellement début 2016 à Saint Pierre des Corps. Nous sommes aujourd’hui une vingtaine en tout. J’ai rejoint le conseil citoyen à sa création. Je me suis sentie concernée par les problématiques rencontrées sur le quartier (incivilités…). C’est important que les habitant.e.s puissent se faire entendre par les institutionnels.

Pourquoi avoir décidé de lancer une émission radio ?

La radio est une proposition faite par une habitante l’an dernier. On cherchait un moyen de communication avec les habitants, qui puisse les valoriser aussi. L’objectif de radio rabaterie c’est de donner la parole aux habitant.e.s du quartier. Ça permet aux habitants et habitantes – la parité est importante – de s’exprimer et aussi de parler de leur passion. On a par exemple interviewé une brodeuse, un cinéaste… Les personnes résidant en quartiers populaires souffrent d’une mauvaise image médiatique. Il est donc nécessaire de les valoriser. Radio rabaterie est aussi un moyen pour informer les habitant.e.s, parler de nos événements. Ça nous a permis de restituer notre campagne de consultation dans le cadre de la rénovation urbaine par exemple. En somme, c’est un media par et pour les habitant.e.s.

Comment préparez-vous les émissions ?

Notre émission est diffusée un mercredi par trimestre sur Radio Campus Tour, qui nous héberge. Au départ, nous avons été accompagnés par La ligue de l’Enseignement qui nous a formés sur la théorie et la pratique. Nous avons eu un petit peu d’argent de la préfecture pour cette formation.

Concrètement, les conseillers citoyens les plus « réactifs » cherchent des idées d’interviews pour la prochaine émission. On est toujours en effervescence sur la recherche d’idées. C’est un gros travail de faire cette recherche. On a aussi une adresse email qui fonctionne plutôt bien et qui permet aux habitant.e.s de nous faire part de leurs retours et qui permet de choisir les thèmes en fonction de leurs préoccupations. En général, les personnes qui conduisent les interviews font également le montage audio. Le service municipal de la jeunesse nous prête un enregistreur numérique pour nos interviews et en situation de direct on a aussi parfois un coup de main du technicien de la ville.

En quoi ce media vous sert dans votre mission de conseillère citoyenne ?

C’est un outil innovant pour nous, on expérimente. Mais il y a un vrai intérêt et la radio nous permet de jouer notre rôle d’acteurs utiles d’un quartier politique de la ville et d’informer les habitant.e.s. Sur les différentes actions qu’on mène - par exemple la valorisation des femmes dans le quartier – Radio Rabaterie vient nous donner la possibilité de toucher un plus grand nombre d’habitant.e.s et de personnes extérieures aussi.

 

FacebookPartager TwitterTwitter LinkedInPublier